Exposition Au gré du Rhin                                                            
Du 7 février au 7 avril, une exposition de céramique est présentée dans le hall de la mairie. Ce sont des pièces prêtées par les musées Sandelin et Henri Dupuis.

Le 10 mars 2018 à partir de 15 heures, une visite guidée a été organisée. Une quinzaine de personnes ont répondu présents.

L’art de la céramique, issu de Chine, s’est développé sur les rives du Rhin depuis le Moyen Age. Le procédé se perfectionne au 16ème siècle avec l’invention du vernis salin. La production débute dans les régions du nord, en Allemagne, en France, puis en Hollande et en Angleterre.

En Allemagne, elle s’établit essentiellement dans la vallée du Rhin, à cause de la qualité des argiles à grés blancs, sur les sites de Siegburg, Raeren, et surtout du Westerwald. Les grés rhénans ne sont pas de simples objets de décoration, mais bien des objets usuels adaptés aux besoins locaux : chopes, vases, encriers, salières. Un des intérêts de cette technique était son coût de revient inférieur à celui des objets métalliques.

Au sixième siècle, les potiers de Raeren mettent au point une forme révolutionnaire. Jusque là, les cannettes étaient de forme cylindrique. Maintenant, elles auront une forme composée d’un pied, d’une « panse » sphérique, et d’un col, surplombé d’un couvercle métallique le plus souvent en étain. Sur la « panse » centrale, le potier peut désormais appliquer des frises illustrées, qui vont concourir au succès de ces objets.

Les décorations sont effectuées à partir du manganèse, qui permet les couleurs bleue et violette. Les céramiques allemandes sont abondamment représentées dans les tableaux de l’art flamand du 17ème siècle. Dans les thèmes de cette décoration, on trouve notamment le motif d’homme à barbe qui évolue au 17ème siècle vers une gueule de fauve ou de diable appelée « grotesque ». Les pièces sont parfois décorées d’un bleu d’oxyde de cobalt, à la fois profond et résistant aux fortes températures.